Visites et Séjours touristiques à Dourdan

FR

L'abbaye de l'Ouÿe

Notre-Dame, un véritable havre de paix

Nichée au milieu des bois, l’abbaye de l’Ouÿe est un havre de paix à l’écart des routes passantes. Il semble qu’il existait en cet endroit, depuis l’antiquité tardive, un ou plusieurs oratoires qui auraient remplacé un sanctuaire païen.

En 1624, Jacques Delescornay écrit l’histoire de Dourdan et raconte la légende de la fondation de l’abbaye : « Un roi, chassant dans la forêt, se trouva séparé de ses compagnons. Ne sachant pas où il se trouvait, il appela longtemps, en cherchant son chemin dans la forêt épaisse. Le jour commençait à décliner lorsque, près de la clairière, il appela de nouveau. Soudain des voix répondirent. Ses compagnons qui le cherchaient aussi avaient « ouï » ses appels et le secoururent ».

Ce roi que tout le monde connaît sous le nom de Louis VII, décide pour remercier le ciel de l’heureuse fin de son aventure, d’élever dans la clairière où ses amis l’ont rejoint, une chapelle à laquelle il affecte des terres labourables et des bois. Il donne à ce lieu le nom de « Notre-Dame de l’Ouÿe ».

Propriété des moines

C’est par une charte datée de 1163 que le roi de France, Louis VII le Jeune, donne aux moines grandmontains, le domaine. A sa demande, 7 religieux sont envoyés à l’Ouÿe. La vie de la petite communauté est parfois troublée par de lourds événements. En 1385, le prieur est assassiné par un de ses membres qui vient d’être expulsé. En 1493, tous les religieux succombent à une épidémie.

Propriété des sœurs

Installation des sœurs bénédictines en 1770. L’Ouÿe a une nouvelle charge : recevoir les dames de la noblesse « fatiguées » de la cour et des relations mondaines, sorte d’hôtellerie pieuse. La direction de ce pensionnat est assurée par Mme du Portal.

Après la Révolution, l’Ouÿe est vendu à des particuliers comme bien national. Durant tout le XIXe siècle, plusieurs propriétaires se succèdent et le domaine devient peu à peu « le château de l’Ouÿe ».

En 1945, l’Ouÿe est acheté par les sœurs ursulines, elles en font un lieu d’accueil et de prière. En 2012, l’abbaye devient trop lourde à entretenir pour la communauté. Les religieuses doivent quitter les lieux et se résoudre à vendre leur domaine.

En mai 2015, le diocèse de Paris achète l’Ouÿe pour en faire un lieu d’accueil pour les jeunes du diocèse.

L'abbaye est un endroit privé et non accessible au public. 

 Leur site officiel : ici

Ci-dessous quelques magnifiques images de l'Abbaye durant les travaux de réhabilitation. Le peintre, Christoff Debusschere a été invité sur le chantier.