English


Hommes célèbres

Des célèbres dourdannais...

Roustam Raza

roustam

Né vers 1782 à Tiflis en Géorgie. Mamelouk de Napoléon Bonaparte, il participe à sa toilette et à son repas, entretient ses armes. Il fait fonction de garde du corps. Roustam est l’un des rares personnages du Premier Empire à avoir participé à toutes les campagnes, d’Espagne en Russie. Il est présent sur d’innombrables peintures du XIXème siècle, le plus souvent aux côtés de son illustre maître. Il quitte Napoléon 1er au lendemain de sa tentative de suicide au poison, après son abdication de 1814, effrayé à l’idée de pouvoir être accusé de tentative d’assassinat pour le compte de l’Angleterre. Il s’installe avec son épouse à Dourdan en 1834. C’est là que Roustam Raza s’éteint le 7 décembre 1845 ,  sa tombe est encore visible au cimetière de la ville.

 

 

 

 

Jean-François Regnard

regnard

Né en 1655 à Paris. Regnard fut, après Molière, le premier comique français. La gaieté, la verve, la facilité distinguent ses œuvres. Il saisit admirablement les ridicules et les peint vivement. En 1699, il achète la terre et le château de Grillon et acquiert la charge de lieutenant des chasses de la forêt de Dourdan. Il s’acquitte de sa tâche de haut magistrat. En 1709, Regnard, « tout en sueur au retour d’une chasse, aurait commis l’imprudence d’avaler un verre d’eau glacée qui aurait provoqué une congestion dont il serait mort le lendemain.

 

Michel Audiard

AUDIARD_180

Né à Paris en 1920. M. Audiard est un scénariste populaire attirant les foudres des jeunes cinéastes de la Nouvelle Vague pour lesquels il symbolise le « cinéma de papa ». Il écrit aussi pour Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Francis Blanche, Jean Gabin, Jean Lefebvre… A partir de 1975, suite au décès de son fils, il conserve une profonde tristesse qui donne à son œuvre une tonalité plus sombre même s’il continue de participer à de gros succès populaires. Il obtient enfin la reconnaissance de ses pairs en remportant le césar du meilleur scénario en 1982 pour « Garde à vue ». Il meurt le 28 juillet 1985 dans sa maison à Dourdan.

Parmi ses romans

- Priez pour elle (1950)
- Massacre en dentelles (1952)
- Ne nous fâchons pas (1966)
- Le Terminus des Prétentieux (1968)
- Vive la France (1973)
- Répète un peu ce que tu viens de dire (1978)

Parmi ses dialogues et scénarios

- Les Vieux de la Vieille (1960)
- Un Taxi pour Tobrouk (1961)
- Un Singe en Hiver (1962)
- Mélodie en sous-sol (1963)
- Les Tontons Flingueurs (1963)
- Les Barbouzes (1964)
- La Métamorphose des Cloportes (1965)
- Ne nous fâchons pas (1965)
- Un idiot à Paris (1966)
- Le Pacha (1967)
- Fleur d’Oseille (1968)

 

Marie Poussepin

MARIE%20POUSSEPIN%202

Marie Poussepin est née à Dourdan en 1653. Les parents de Marie Poussepin dirigent un atelier de confection de bas de laine et bas de soie et sont d'authentiques chrétiens. Le service des pauvres, des malades et des orphelins constitue une préoccupation quotidienne. Marie Poussepin, à bonne école, oeuvrera très tôt dans ce sens.

Marie Poussepin reprend l'entreprise en 1680, à l'âge de 27 ans. Elle mène ses affaires comme une maîtresse femme et achète à crédit des nouveaux métiers à tisser anglais.

A Dourdan, elle fait figure de novatrice et va aider au développement économique et social de la cité. Pendant onze ans, Marie Poussepin vivra ainsi toute dévouée à son entreprise et passionnée de progrès social pour sa petite ville de Dourdan. En 1696, à 43 ans, elle confie l'entreprise à son frère Claude car elle veut se donner encore plus totalement au service des autres. Elle quitte Dourdan pour Sainville, en Eure-et-Loir, où elle a déçidé de fonder une communauté féminine au service des pauvres, des malades, des orphelins.

Jusqu'à la fin de sa vie, Marie Poussepin se consacre à toutes ses communautés qui ne cessent de s'étendre et c'est dans la paix d'une vie bien remplie qu'elle s'éteint le 24 Janvier 1744 à l'âge de 91 ans. Le 20 novembre 1994, Marie Poussepin est béatifiée, à Rome, par le Pape Jean-Paul II. Aujourd'hui, sa fondation des Soeurs de la Charité Dominicaine de la Présentation compte plus de 3 000 religieuses répandues sur 4 continents.